m

memo!

Soumettre un mémoire

×

?

Shhh Crac Boum

Camille Blandin,

isdaT Toulouse, 2020

La bande dessinée, par définition physique, est silencieuse, puisqu'imprimée sur papier. Aucune bande son audible ne vient la soutenir, comme c'est le cas du cinéma par exemple. Pourtant, elle raconte des histoires qui parlent, crient, murmurent, se taisent, grondent, chantent, explosent, bourdonnent, crissent, résonnent, soufflent, vrombissent... Couchée sur des pages blanches, la bande dessinée a dû se créer sa propre bande son, avec les moyens dont elle dispose. C'est un processus qui a mis des années à se développer, et qui est loin d'être terminé. Comment exprimer, avec un crayon et une feuille de papier, ou plus récemment une tablette graphique et un ordinateur, que la voiture démarre, que son moteur se met à tourner, sans pour autant se permettre de l'écrire mot pour mot ? La question sonore a dû se poser dès que la bande dessinée est apparue.

camille.blandin@yahoo.com

Ouvrir le pdf